Le Jour de la Terre n’est pas seulement pour les oiseaux

avril 22, 2021

Le 22 avril, le Jour de la Terre, marque la naissance en 1970 du mouvement environnemental moderne. Depuis lors, en réponse aux mouvements populaires, les gouvernements du monde entier ont pris des mesures pour protéger et restaurer l’environnement. En voici quelques exemples :

  • En 1972, lorsque les États-Unis ont interdit le pesticide toxique DDT, le pygargue à tête blanche américain comptait moins de 487 couples nicheurs. Le DDT nuit aux poissons sur nos lieux de pêche préférés et est même cancérigène pour nous. Les États-Unis ont rendu illégal le fait de nuire aux aigles adultes, aux poussins, aux œufs et aux nids et les ont inscrits sur la liste des espèces en voie de disparition, protégeant ainsi leurs habitats. Aujourd’hui, nous avons 70 000 couples nicheurs !
  • Le rapport « Planète vivante » de la Belgique a montré une amélioration stable de la biodiversité au cours des dix dernières années.
  • L’Allemagne a lancé un mouvement populaire pour sauver les oiseaux et les abeilles en voie de disparition, en soulignant le lien vital entre les deux.
  • Au Royaume-Uni, le rapace milan royal est passé d’une population minimale présente uniquement au Pays de Galles à 1 600 couples reproducteurs dans tout le pays.
  • Le faucon pèlerin n’est plus en danger au Canada grâce à l’élimination progressive du DDT et aux efforts de conservation.

Les efforts collectifs des personnes, des pays et des entreprises ont généré des résultats positifs et tangibles pour notre environnement. Alors, que fait CHG pour protéger notre environnement ?

  • Nous entamons notre troisième année de collaboration avec le Central Plains Wheat Program pour promouvoir une agriculture qui utilise moins de pesticides, moins d’eau, des cycles de croissance précis guidés par satellite et qui régénère le sol.
  • Nous utilisons de l’huile de palme d’origine durable pour lutter contre les pertes considérables liées à la déforestation et à la biodiversité dans nombre de nos produits.
  • Nous avons huit installations au Royaume-Uni, en Belgique, au Canada et aux États-Unis qui n’envoient aucun déchet dans les décharges, et nous prévoyons d’en ajouter d’autres.
  • Nous réduisons la consommation d’eau, de gaz et d’électricité produite par unité afin d’atteindre nos objectifs de développement durable pour 2025.
  • Dans le cadre de notre objectif de réduction des déchets mis en décharge, vos collègues ont lancé un programme pilote pour recycler les masques et autres EPI, afin que leur plastique ne se retrouve pas dans nos eaux.

Je suis fier des efforts croissants que nous déployons pour protéger notre environnement et nous protéger les uns les autres. Nous pouvons accomplir beaucoup plus. Je vous remercie pour vos idées, vos efforts et votre soutien continu dans cette aventure.

 

 

 

Dale W. Tremblay

président et directeur général

Font Resize
fr_FRFrench